En battant l’AJ Auxerre (1-0), samedi soir au Stade de France, le PSG s’est adjugé la Coupe de France. Paris devient aussi le premier club à réaliser un quadruplé en remportant toutes les compétitions nationales sur une saison.

Le match : 1-0

Paris a réalisé son Grand Chelem. La victoire n’a pas été aussi large que certains l’imaginaient, mais les Parisiens ont remporté leur neuvième Coupe de France, samedi, la première depuis 2010 et donc la première de l’ère qatarie. Comme un symbole, c’est Edinson Cavani, souvent raillé cette saison, qui a offert ce trophée aux Parisiens en trompant de la tête Donovan Léon, le gardien d’Auxerre (65e).

Pourtant, l’AJA a tout fait pour contrarier l’ogre francilien. Les hommes de Jean-Luc Vannuchi, disposés en 4-4-1-1, ont réalisé une entame de match sérieuse, se montrant disciplinés et combatifs. Ils se sont même procuré un corner après 45 secondes de jeu, consécutif à une erreur d’un David Luiz trop facile sur ce coup-là. Durant les vingt premières minutes, les Bourguignons ont mené les débats mais ont manqué d’efficacité offensive, à l’image de Sammaritano (14e). Juste au moment où les supporters de l’AJA commençaient à se demander où étaient les Parisiens, Lucas a servi Cavani pour une reprise non-cadrée (17e). Matuidi (22e) et Lucas (24e) ont aussi tenté d’ouvrir le score sans succès, puis Ibrahimovic s’est heurté à Donavan Léon à deux reprises (31e, 35e). C’est finalement Motta qui s’est procuré la plus belle opportunité (40e) mais sa frappe a terminé sur le poteau droit du gardien bourguignon.

Après la pause, les Parisiens ont tenté de prendre le contrôle de la partie et l’AJA a connu un quart d’heure agité. Mais elle a tenu le coup même si Puygrenier aurait pu tromper son propre gardien en dévissant son dégagement (52e). Les Auxerrois ont bien eu quelques possibilités, mais ils ont manqué de tranchant et souvent fait les mauvais choix près du but. Paris aussi a peiné offensivement mais le talent de Cavani a encore fait la différence. L’AJA peut être fière de sa prestation, mais ce samedi soir, c’est bien Paris qui entre dans l’histoire.

Le joueur: Cavani, le sauveur

On attendait le show de Zlatan Ibrahimovic. Pour ce dernier match officiel de la saison, le Suédois devait tenter d’égaler, voire de battre, le record de buts de Pedro Pauleta (109 buts pour le Portugais, 106 pour Zlatan) sous les couleurs parisiennes. Ibra s’est montré très discret dans cette finale et c’est finalement Edinson Cavani qui a délivré le PSG. L’Uruguayen a été dans les bons coups parisiens (17e, 44e hors-jeu, 55e, 58e) mais, comme d’habitude, il a mis du temps à trouver la cible. À la 65e, sur un centre de Van der Wiel, il a enfin réussi à tromper Léon, inscrivant son 31e but en 52 matches cette saison avec le PSG. Pas mal pour un joueur qui n’évolue pas à son poste de prédilection.

Laisser un commentaire